Guides

Stratégie trimestrielle de titres à revenu fixe – T3 2022

Le présent rapport décrit les stratégies de placement dans les titres à revenu fixe mises en œuvre au troisième trimestre débutant le 1er juillet 2022 (année civile).

14 juill. 2022

Le présent rapport décrit les stratégies de placement dans les titres à revenu fixe mises en œuvre au troisième trimestre débutant le 1er juillet 2022 (année civile).

Durée

  • Les taux d’intérêt continuent leur progression, car les banques centrales, y compris la Banque du Canada (la BdC) et la Réserve fédérale américaine (la Fed), cherchent à resserrer énergiquement leur politique monétaire. En plus de relever les taux, elles ont amorcé leur processus de resserrement quantitatif en laissant les obligations de leurs bilans arriver à échéance. Depuis le début de l’année, les obligations fédérales canadiennes et américaines à 10 ans ont progressé de 181 points de base (pdb) et de 148 pdb, respectivement.
  • Dans leur quête pour contenir l’inflation, les deux banques centrales ont eu recours à des « hausses de taux gigantesques » en modifiant leur taux du financement à un jour de plus d’un quart de point à la fois. À l’heure actuelle, les swaps indexés sur le taux à un jour prennent en compte de 7,5 à 8,5 hausses supplémentaires d’un quart de point avant la fin de l’année civile. Il est intéressant de noter que le marché des swaps indexés sur le taux à un jour prend maintenant en compte des réductions de taux décrétées par la Fed en juin 2023, ce qui laisse entendre que, selon le marché, l’inflation finira par être maîtrisée.
  • Comme nous l’expliquons dans notre rapport sur la stratégie du portefeuille et dans notre balado trimestriel sur la stratégie, nous nous attendons à ce que la demande dépasse l’offre à court terme à mesure que l’économie sera libérée des confinements liés à COVID-19. Au cours des six à huit prochains mois, l’inflation pourrait être résiliente, car l’offre aura de la difficulté à suivre la hausse de la demande, les consommateurs se faisant plaisir en achetant les biens et les services dont ils ont dû se passer au cours des deux dernières années.
  • Puisque la demande à court terme dépassera l’offre, il existe un risque que les banques centrales agissent trop vigoureusement et provoquent une récession. En fait, il s’agit peut-être de l’un des résultats les plus favorables, parce qu’il laisse entendre que l’inflation finira par être contenue. Ce scénario est bien meilleur que celui dans lequel les banques centrales seraient à l’origine d’un ralentissement économique, alors que l’inflation resterait élevée, ce qui entraînerait une stagflation ou un nouvel épisode de la grande inflation observée entre le milieu des années 1960 et le début des années 1980*.
  • Même si l’indice des prix à la consommation (IPC) des pays du G7 ne donne aucun signe de relâche, il y a des signes encourageants, comme la baisse des prix des produits de base. Cependant, compte tenu du risque géopolitique, il est difficile de prévoir comment la Russie jouera ses cartes lorsque le temps se refroidira et que l’Europe aura besoin de son gaz naturel. De plus, des événements problématiques, comme l’absence de dépenses en immobilisations dans les infrastructures liées aux combustibles fossiles et les restrictions strictes imposées au secteur agricole dans certaines régions, pourraient faire en sorte que les prix des produits de base restent élevés à long terme et, par conséquent, que l’inflation persiste.
  • L’inversion de la courbe des taux à 20 à 30 ans au Canada et aux États-Unis pourrait indiquer que, selon le marché, l’inflation cédera finalement face aux mesures des banques centrales. Le milieu de la courbe pourrait s’avérer résilient, surtout si l’inflation s’accroche. Dans ce cas, nous utiliserions une stratégie à deux volets, en surpondérant les titres de créance sur le segment à court terme de la courbe et ayant une petite exposition aux obligations d’État à long terme comme couverture contre la récession.

Titre de créance 

  • Les écarts se sont élargis dans presque tous les types de titres de créance. Les répercussions de l’invasion de l’Ukraine par la Russie sont évidentes. Mais en général, une hausse des taux signale une économie plus vigoureuse et un resserrement des écarts de taux. Cette fois-ci, la situation est différente, parce que le risque de taux d’intérêt et le risque de crédit, qui se contredisent habituellement, sont actuellement corrélés. Cette situation est le résultat de la hausse des taux découlant des efforts déployés pour freiner l’inflation, plutôt que de la croissance économique.
  • Les écarts de taux se sont également élargis après que la courbe des taux s’est inversée à deux reprises aux États-Unis, les taux à 10 ans passant sous ceux à 2 ans. Étant donné qu’une inversion de la courbe tend à être un indicateur de récession fiable, les écarts de taux ont emboîté le pas en prévision d’une récession imminente.
  • Les nouvelles émissions de sociétés se sont complètement asséchées, et puisqu’un nombre limité de nouvelles émissions est arrivé sur le marché, la demande n’a pas été assez forte pour entraîner un resserrement des écarts de taux. À l’heure actuelle, les titres de créance de catégorie investissement canadiens restent à des niveaux observés pour la dernière fois en juillet 2020, lorsque les marchés des titres de créance ont commencé à dégeler après la paralysie des marchés obligataires causée par la pandémie. Même si les écarts de taux pourraient considérablement augmenter, nous croyons que des écarts de ce niveau ne sont pas viables à long terme.

Monnaie

  • Le dollar américain et le dollar canadien se sont négociés dans une fourchette de 1,25 à 1,30 cette année. Comme les deux banques centrales resserrent énergiquement leur taux du financement à un jour, la question est de savoir quelle banque deviendra moins conciliante le plus tôt. Puisque l’endettement des ménages au Canada atteint des niveaux record, la hausse des taux pourrait se heurter à un plafond. Il est intéressant de noter qu’avant la pandémie, tout le monde voulait une monnaie plus faible pour que ses exportations soient concurrentielles, alors que maintenant, tout le monde veut une monnaie plus forte pour ne pas importer l’inflation.

Supprimer/​réduire

Changement (%)

Établir/​Ajouter

Changement (%)

ZMU

-25 %

ZSU

25 %

ZHP-5 %ZBI3 %
ZTL1 %
ZAG1 %

Sources : BMO Gestion mondiale d’actifs et Bloomberg.


Portefeuille modèle**

SymboleFNB NomPondération (%)Durée*Rendement à l’échéanceFrais de gestionExpositionPositionnement
ZAGFINB BMO obligations totales58,0 %7,394,02 %0,08 %CanadaDe base
ZSUFINB BMO obligations de sociétés américaines de qualité à court terme couvertes en dollars canadiens (parts couvertes en $ CA)25,0 %2,754,23 %0,25 %États-UnisDe base
ZTLFINB BMO obligations du Trésor américain à long terme4,0 %18,173,32 %0,20 %États-UnisDe base
ZTIP.FFINB BMO TIPS à court terme (parts couvertes)5,0 %2,542,68 %0,15 %États-UnisNon traditionnel
ZPRFINB BMO échelonné actions privilégiées5,0 %3,117,21 %0,45 %CanadaNon traditionnel
ZBIFINB BMO revenu de banques canadiennes3,0 %2,464,81 %0,25 %CanadaNon traditionnel
Portefeuille100,0 %6,064,16 %0,15 %



Sommaire de la qualité du crédit**

Sommaire des échéances**


Sources : BMO Gestion mondiale d’actifs et Bloomberg.

* https://www.federalreservehistory.org/essays/great-inflation

** Au 30 juin 2022. Veuillez noter que les taux de rendement varient d’un mois à l’autre en fonction des conditions de marché.

Les positions du portefeuille peuvent changer sans préavis. Ces renseignements ne constituent pas une recommandation d’achat ou de vente d’un titre particulier.


Visitez le site bmo.com/fnb ou communiquez avec le Service à la clientèle au 18003611392.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

La présente communication constitue une source générale d’information. Elle n’est pas conçue comme une source de conseils en placement ou en fiscalité et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de chaque investisseur. Il est recommandé aux particuliers de demander l’avis de professionnels compétents au sujet d’un placement précis. Les investisseurs ne peuvent pas investir directement dans un indice.

Les FNB BMO sont gérés et administrés par BMO Gestion d’actifs inc., une société de gestion de fonds d’investissement et de gestion de portefeuille et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

Les placements dans des fonds négociés en bourse peuvent comporter des frais de courtage, des frais de gestion et d’autres frais. Veuillez lire l’Aperçu du FNB ou le prospectus des FNB BMO avant d’investir. Les taux de rendement indiqués sont les taux de rendement composés annuels historiques globaux; ils tiennent compte de l’évolution de la valeur des parts et du réinvestissement de tous les dividendes ou montants distribués, mais non des commissions qui se rattachent aux ventes, aux rachats ou aux distributions, ni des frais facultatifs ou de l’impôt payables par le porteur de parts, lesquels auraient réduit le rendement. Les fonds négociés en bourse ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les FNB BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus du FNB BMO. Les FNB BMO s’échangent comme des actions, peuvent se négocier à escompte à leur valeur liquidative et leur valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les FNB BMO sont gérés par BMO Gestion d’actifs inc., qui est une société gestionnaire de fonds d’investissement et de portefeuille et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements Inc.

MD / MC Marque de commerce déposée / marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.