TABLEAU DE BORD DES FNB CANADIENS DE BMO

— en date du 30 avril 2019 —

Thank you for printing our content at https://www.bmoetfs.ca/fr/trade-tips/emerging-markets-fixed-income-an-em-phatic-turnaround/.

Titres à revenu fixe des marchés émergents : Un redressement propre aux marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents : Un redressement propre aux marchés émergents

Aperçu
La combinaison d’un dollar américain vigoureux, d’une politique rigide de la Réserve fédérale américaine et de tensions commerciales grandissantes a pesé lourd sur les obligations en devises fortes des marchés émergents en 2018. Or, ces obstacles commencent à s’atténuer, ce qui dresse la table pour une période de rendements solides.

Précisions
FINB BMO obligations de marchés émergents couvert en dollars canadiens (symbole : ZEF)

Avantages
Les conditions macroéconomiques devenant favorables pour les marchés émergents, le rendement à l’échéance de 5,92 % et la duration assez courte de 4,94 ans du ZEF ainsi que la pondération de 60,4 % des obligations au sein de ce dernier sont des facteurs très attrayants.1

Idée de placement
Dans une perspective à plus long terme, les actifs provenant des marchés émergents conservent une thèse de placement intéressante. La part de la croissance mondiale issue des pays à l’extérieur du monde développé ne fera qu’augmenter au cours des prochaines décennies. Les pays émergents devraient tirer parti de réformes structurelles supplémentaires (p. ex., renforcement des droits de propriété, libéralisation du commerce et réglementation des marchés financiers), du développement d’infrastructures, des économies d’échelle par l’adoption des technologies et d’une dynamique démographique favorable. Alors que les revenus continuent de croître, une classe moyenne florissante stimulera la demande intérieure et réduira la dépendance économique envers les exportations. Ces facteurs devraient contribuer à l’amélioration structurelle des cotes de crédit, à la réduction des écarts et, en fin de compte, aider un certain nombre d’émetteurs d’obligations souveraines de marchés émergents à passer au rang des marchés développés.

Bien que les tendances à long terme soient bien établies, les données à court terme peuvent évoluer en dents de scie. La volatilité découle généralement de l’intensification des risques politiques, de la détérioration de la balance des paiements et de la cyclicité causée par une dépendance trop importante au commerce. Les pays dont les marchés de capitaux sont moins développés peuvent être profondément bouleversés par les entrées et sorties de capitaux fébriles. En 2018, les marchés émergents ont pâti du resserrement des conditions financières dans le monde et de la montée du protectionnisme. Certains des pays les plus vulnérables aux facteurs externes, plus précisément la Turquie et l’Argentine, ont fait face à une crise.

La tendance semble se renverser pour les marchés émergents. Même si cela n’est pas une certitude, les États-Unis et la Chine semblent vouloir parvenir à un accord commercial. Les banques centrales des marchés émergents devraient profiter d’une plus grande souplesse en matière de politiques, compte tenu de la baisse des prix du pétrole et de l’annonce de la Réserve fédérale américaine selon laquelle elle se fera preuve d’une patience accrue ainsi que d’une plus grande dépendance aux données en ce qui a trait aux futures hausses de taux d’intérêt. De plus, le redressement tendanciel découlant des mesures de relance monétaires et budgétaires de la Chine qui ont été mises en place à la fin de 2018 commencera à se refléter dans les données économiques. Selon le tableau ci-dessous, les titres à revenu fixe de marchés émergents ont discrètement surpassés les indices mondiaux depuis septembre 2018. Cependant, les capitaux d’investissement ne sont devenus positifs que tout récemment; il est donc probable que l’on assiste à une plus vaste rotation vers les actifs des marchés émergents dans l’avenir.

Le ZEF est un instrument structuré intéressant pour tirer parti de cet élan positif. L’indice sous-jacent est pondéré en fonction du PIB plutôt qu’en fonction des émissions, ce qui permet d’éliminer une préférence envers les pays dont la dette est très importante. En outre, la couverture en dollars canadiens réduit l’exposition au dollar américain, qui est structurellement surévalué. 

mar-2019-relative-performance-fr-848.jpg#asset:2253

Perspectives
Les placements en titres de créance des marchés émergents peuvent stimuler le rendement du portefeuille, sans l’exposer à un risque de crédit excessif ou à une duration trop élevée. Bien qu’ils soient susceptibles de traverser des périodes de forte volatilité, les actifs des marchés émergents jouent un rôle important sur le plan de la diversification et aident à adapter les portefeuilles aux tendances de croissance structurelle à long terme. La confiance des investisseurs a fortement augmenté ces derniers temps, car les efforts de relance de la Chine, la plus grande collaboration dans le cadre des négociations commerciales et les prévisions à l’égard d’une politique monétaire américaine moins restrictive ont contribué à calmer certaines des plus grandes préoccupations. Optez pour le ZEF pour pouvoir profiter de l’amélioration du contexte macroéconomique des marchés émergents.



1 BMO Gestion mondiale d’actifs, au 27 février 2019.

Tyler Mordy
David Kletz

Titres à revenu fixe des marchés émergents : Un redressement propre aux marchés émergents

Aperçu
La combinaison d’un dollar américain vigoureux, d’une politique rigide de la Réserve fédérale américaine et de tensions commerciales grandissantes a pesé lourd sur les obligations en devises fortes des marchés émergents en 2018. Or, ces obstacles commencent à s’atténuer, ce qui dresse la table pour une période de rendements solides.

Précisions
FINB BMO obligations de marchés émergents couvert en dollars canadiens (symbole : ZEF)

Avantages
Les conditions macroéconomiques devenant favorables pour les marchés émergents, le rendement à l’échéance de 5,92 % et la duration assez courte de 4,94 ans du ZEF ainsi que la pondération de 60,4 % des obligations au sein de ce dernier sont des facteurs très attrayants.1

Idée de placement
Dans une perspective à plus long terme, les actifs provenant des marchés émergents conservent une thèse de placement intéressante. La part de la croissance mondiale issue des pays à l’extérieur du monde développé ne fera qu’augmenter au cours des prochaines décennies. Les pays émergents devraient tirer parti de réformes structurelles supplémentaires (p. ex., renforcement des droits de propriété, libéralisation du commerce et réglementation des marchés financiers), du développement d’infrastructures, des économies d’échelle par l’adoption des technologies et d’une dynamique démographique favorable. Alors que les revenus continuent de croître, une classe moyenne florissante stimulera la demande intérieure et réduira la dépendance économique envers les exportations. Ces facteurs devraient contribuer à l’amélioration structurelle des cotes de crédit, à la réduction des écarts et, en fin de compte, aider un certain nombre d’émetteurs d’obligations souveraines de marchés émergents à passer au rang des marchés développés.

Bien que les tendances à long terme soient bien établies, les données à court terme peuvent évoluer en dents de scie. La volatilité découle généralement de l’intensification des risques politiques, de la détérioration de la balance des paiements et de la cyclicité causée par une dépendance trop importante au commerce. Les pays dont les marchés de capitaux sont moins développés peuvent être profondément bouleversés par les entrées et sorties de capitaux fébriles. En 2018, les marchés émergents ont pâti du resserrement des conditions financières dans le monde et de la montée du protectionnisme. Certains des pays les plus vulnérables aux facteurs externes, plus précisément la Turquie et l’Argentine, ont fait face à une crise.

La tendance semble se renverser pour les marchés émergents. Même si cela n’est pas une certitude, les États-Unis et la Chine semblent vouloir parvenir à un accord commercial. Les banques centrales des marchés émergents devraient profiter d’une plus grande souplesse en matière de politiques, compte tenu de la baisse des prix du pétrole et de l’annonce de la Réserve fédérale américaine selon laquelle elle se fera preuve d’une patience accrue ainsi que d’une plus grande dépendance aux données en ce qui a trait aux futures hausses de taux d’intérêt. De plus, le redressement tendanciel découlant des mesures de relance monétaires et budgétaires de la Chine qui ont été mises en place à la fin de 2018 commencera à se refléter dans les données économiques. Selon le tableau ci-dessous, les titres à revenu fixe de marchés émergents ont discrètement surpassés les indices mondiaux depuis septembre 2018. Cependant, les capitaux d’investissement ne sont devenus positifs que tout récemment; il est donc probable que l’on assiste à une plus vaste rotation vers les actifs des marchés émergents dans l’avenir.

Le ZEF est un instrument structuré intéressant pour tirer parti de cet élan positif. L’indice sous-jacent est pondéré en fonction du PIB plutôt qu’en fonction des émissions, ce qui permet d’éliminer une préférence envers les pays dont la dette est très importante. En outre, la couverture en dollars canadiens réduit l’exposition au dollar américain, qui est structurellement surévalué. 

mar-2019-relative-performance-fr-848.jpg#asset:2253

Perspectives
Les placements en titres de créance des marchés émergents peuvent stimuler le rendement du portefeuille, sans l’exposer à un risque de crédit excessif ou à une duration trop élevée. Bien qu’ils soient susceptibles de traverser des périodes de forte volatilité, les actifs des marchés émergents jouent un rôle important sur le plan de la diversification et aident à adapter les portefeuilles aux tendances de croissance structurelle à long terme. La confiance des investisseurs a fortement augmenté ces derniers temps, car les efforts de relance de la Chine, la plus grande collaboration dans le cadre des négociations commerciales et les prévisions à l’égard d’une politique monétaire américaine moins restrictive ont contribué à calmer certaines des plus grandes préoccupations. Optez pour le ZEF pour pouvoir profiter de l’amélioration du contexte macroéconomique des marchés émergents.



1 BMO Gestion mondiale d’actifs, au 27 février 2019.